II. LES MEDIAS DE MASSE ET LES LIMITES DE LEUR EFFICACITE

 


Qu’appelle t-on un média de masse ?

 

Les médias de masse, provenant du terme anglais « mass media » sont l’ensemble des moyens de diffusion de masse de l'information, de la publicité et de la culture, capables de transmettre rapidement le même message à destination d'une large audience, afin de l’atteindre et de
l’influencer. Grace à ces moyens, les annonceurs peuvent diffuser leurs messages en direction d'un très vaste public.

Autrement dit, le terme Moyen de diffusion de masse est employé par les sociologues, qui étudient scientifiquement les sociétés humaines et les faits sociaux. Les spécialistes de la publicité distinguent les medias de masse des supports par le caractère plus étendu, plus général des premiers par rapport aux seconds. La télévision, prise dans son ensemble constitue des medias de masse, comme la presse écrite. Les médias de masse ne peuvent pas être considérés comme des moyens de communication par définition, car il n'y a pas de réponse possible au discours de la télévision, ni à celui de la radio, ou encore à ce que nous pouvons lire sur le journal. Les « mass media » ne sont autres que des techniques de diffusion d’information, et surtout, comme nous allons le voir, un moyen de diffusion publicitaire,

Les médias capables de transmettre des messages à grande échelle à de vastes publics, se développent, à l'initiative des producteurs, pour faire connaître, apprécier, acheter leurs produits disponibles dans une société de « nouvelle » abondance ; faire pression sur la distribution pour qu'elle référence les produits ayant fait l'objet d'une publicité (le distributeur ne peut pas ne pas avoir en rayon les produits « vus à la télé »).

 

Nous allons brievement voir l’histoire des médias de masse, venant compléter l’histoire des médias, que nous avons vu précedement.

 

Le terme de médias de masse a été créé dans les années 1920.

À partir des années 1930, le développement de la société de consommation de masse crée un formidable tremplin pour la communication de masse.
Durant les années
1960 et 1970, le renouveau du pouvoir d'achat et la prospérité relative retrouvée donnent naissance à des nouvelles catégories sociales qui vont vont devenir les cibles majeures des hommes de marketing, comme l’apparition des classes moyennes, les jeunes de l'après-guerre ayant le profil des adolescents, provenant du phénomène du baby-boom (explosion de la natalité de l'après-guerre), ainsi que la « ménagère de 40-50 ans ».

 

Quelles sont les caractéristiques principales des médias de masses ?

 

Le phénomène des "médias de masse" est caractérisé par l’idée de la communication de « un vers plusieurs ». Le message transmis est indifférenciée, car tout le monde reçoit la même information au même moment.
Il  est également unilatéral, ce qui signifie que le public n'interagit pas avec le destinataire du message qu’il reçoit.

Dans un premier temps, du fait des techniques employées, les médias de masse se caractérisent par une logique push, c'est-à-dire que l'information est poussée par un émetteur vers des destinataires, à grande échelle, d'où un coût très faible pour l'annonceur. 
Dans un second temps, depuis l'arrivée des nouvelles technologies et en particulier d’Internet,  l'univers des médias de masse a été considérablement révolutionné du fait d'un recul des contraintes techniques

Il devient désormais possible de combiner « action de masse » avec une diffusion plus sélective en fonction de la cible visée, une interactivité qui était très limitée jusque là, une logique pull, à l’inverse du push où l'information est tirée par le destinataire.

Cet ensemble d’évolutions abaissent les coûts de conception, de transport et de diffusion de l'information à des niveaux sans précédents, grâce à l'utilisation de procédés de numérisation..

Un média de masse est donc caractérisé par la forte audience touché par l'information qu'il diffuse.

 

L’information mise à la portée de tous

 

 

En France, l’information est aujourd’hui facile d’accès, qualifiée de banalisée,  loin de l’époque ou la seule source d’information fiable se trouvait dans les ouvrages encyclopédiques.

La population a appris à faire confiance à l’information abondante qui lui ai diffusé, s’appuyant sur la
protection des soucres d’information des journalistes, qui permet la vérification des informations diffusés, sans meme parfois prendre du recul sur les propos divulgés par les grandes chaines .
La question est donc de se demander dans quelles mesures peut on faire confiance à l’information, qui est maintenant banalisé et mise à la portée de tout le monde, grâce aux médias de masse.

                                     

Chacun des médias suivants le permettent, grâce à des rôles précis :

      - Le média de masse est par excellence la télévision qui dans le contexte francophone peut toucher simultanément de 3 à 10 millions d’individus sur les grandes chaînes en prime time. Comme vu précedemment, la majorité des ménages disposent aujourd’hui d’une télévision. Il est alors facile de toucher un public très large.

  •  

      - La radio est un média de masse, bien que cela reste un média traditionnel. Il s’agit d’un média d’accompagnement qui nous suit à la maison comme dans la voiture, et qui favorise la combinaison de plusieurs taches en même temps. En effet, en écoutant la radio, nous pouvons faire d’autres choses, ce qui  peut expliquer son succès.
Elle est désormais intégré à l’ensemble de nos objets numériques, et est maintenant accessible par le biais d’internet, ce qui a décupler son potentiel.
En plus de ces atouts, elle permet de fidéliser  ses auditeurs, un auditeur restant en générale assez fidèle à une station du fait du type de musique et des émissions proposées.
La radiodiffusion est donc un moyen de diffusion de l’information de masse, touchant directement les auditeurs grâce aux émissions de radio dédiés à l’information, que nous retrouvons plusieurs fois par jours sur toutes les radios, ainsi qu’aux annonces publicitaires.

 

      - La presse écrite, composée des journaux et magazines, des livres de fiction et non-fiction, des essais ou encore des guides pratiques reste le premier moyen de diffusion de l’information à être apparut, comme nous l’avons vu dans l’histoire des médias.

 

      - L'affichage est aussi considérer comme un média de masse. Pour être vue, l’affiche doit attirer l’attention. Elle doit être simple et claire pour être facilement retenue. Elle doit également être innovante par son texte, sa représentation graphique et ses couleurs. Cette ensemble de caractéristique fait de l’affichage un moyen de diffusion à grande échelle.
 

      - Plus récemment, Internet est devenu un média de masse, ayant été longuement discuter
avant d’être admis comme tel. L’information est diffusée via les blogs, les journaux à consulter en ligne ou les pages informatives wikis par exemple. Depuis le début de la décennie, comme vu précédemment, l’appariation des réseaux sociaux ont permis un nouveau moyen de
diffusion de l’information à grande échelle. En effet, bien que le but premier des réseaux
 sociaux soit de partager du contenu de particulier à particulier, ces échanges sont fait de manière publique, ce qui permet de créé un vrai diffusion de l’information, qui est partagée, commentée, discutée ou qui peut être approuvée ou désapprouvée des utilisateurs d’Internet qui la consulte.

 

 

INFORMATION OU DESINFORMATION ?

 

Cependant, bien que ces médias soient utilisés quotidiennement par les populations pour s’informer, et malgré le principe de protection des sources d’informations des journalistes, nous ne sommes pas à l’abri de la désinformation, visant à tromper l’opinion publique. Elle a pour but de protéger les intérêts privés défendus par les lobbys souvent à des fins politiques. Cette pratique oriente l'opinion des citoyens vers une image éronné de la réalité. Ce que l’on appelle une « intox », à l’inverse d’une « info » est en fait l’intoxication psycologique
d’un public ciblé, relevant de la manipulation. La désinformation peut provenir de tous types de médias, et peut aussi propager une rumeur, une fausse nouvelle, qui fera polémique. Certains parlent même de « contamination » de l’infomartion, et d’ « intoxication » des populations. En effet, la dénaturations de l’information initiale par une fausse traduction d’une interview, ou encore la sur-médiatisation d’un évenement sont des phénomènes de désinformation.
Pour remédier à la circulation d’informations érronés, sur intenrent par exemple, le site HoaxBuster.com (un hoax  étant un cannular ou une rumeur circulant sur le net) à été fondé pour traqué les fausses informations.

 

Comme nous avons pu le voir à travers les différents médias de masse, ils sont caractérisés par leur valeur informative, bien que l'information soit parfois erroné, et leur très forte audience. De plus, chacun de ces moyens de communication et de diffusion de l'information disposent d'une importante puissance publicitaire.

 

 

 

L’omniprésence de la publicité dans les médias de masse.

 

 

LE CARACTERE VIRAL DE LA PUBLICITE

 

De nos jours, et depuis la publicité est constamment présente. Elle peut être qualifiée de virale : en effet, elle se transmet d’une personne à une autre, et se propage, en étant visionnée, partagée et recommandée.  Le consommateur va échanger autour de lui sur une publicité l’ayant marqué, en sachant que son entourage a de fortes chances de l’avoir vue, ce qui créé une certaine polémique autour du produit ou de la marque vantée.
 

La publicité est conditionnée par l’évolution des techniques et des médias qui la diffuse. En effet, la technologie, les médias et la publicité sont étroitement liés.Ce développement rapide de la publicité n'a été possible que grâce au développement parallèle des medias de masse : eux seuls permettent de toucher un public très étendu, et de le faire dans des délais très brefs.

Les médias de masse sont utilisés par les publicitaires pour promouvoir des produits de grande consommation qui ne disposent pas de grandes  contraintes de ciblage, pouvant, par le biais de spots de publicités télévisés par exemple, pénétrer dans les foyers, et de ce fait, dynamiser les ventes. Il est important, pour les spécialistes de la publicité, de pouvoir toucher le public ciblé. Ils disposent pour cela de techniques très poussées, comme des études, des tests psychologiques ou des sondages permettant de s'assurer de la répercussion de l’annonce diffusée. En visant un public d’une certaine tranche d’âge ou d’une classe sociale particulière grâce à des stratégies, l’annonce sera perçue, identifiée, comprise et crue par les lecteurs, les téléspectateurs ou les auditeurs ciblés par l’annonceur.

Les médias de masse au service de la publicité permettent d'agir avec une grande efficacité paraissant quasi-illimitée sur le public, mais cela nous amène à nous demander si, à un tel niveau de contrôle sur la cible désiré, sur le message diffusé ainsi que sur les moyens utilisés pour la transmission d’une publicité, si elle ne s’apparenterait pas à une forme de manipulation de la part des annonceurs s'apparentant à la propagande.

 

 

LA PUBLICITE MANIPULE LES CITOYENS CONSOMMATEURS PAR LA PROPAGANDE MEDIATIQUE

 

Les citoyens français, acteurs de la société de consommation sont incités au quotidien à consommer des biens et services de manière abondante.
Pour nous inciter à consommer, en créant de nouveaux besoins qui ne sont finalement pas nécessaires.  L’omniprésence de la publicité joue un rôle crucial dans ce, et amène au terme de propagande publicitaire.

La propagande, étroitement liée  à la désinformation, est un ensemble d’actions et de stratégies exercés sur la pensée et l’opinion d’une population, afin de la manipuler et de l’influencer.

Elle se retrouve dans les médias publicitaires, mais se distingue cependant de la publicité, car elle ne fait pas la promotion d’un produit destiné à la commercialisation.
La propagande a pour cible la psychologie et les valeurs morales d’une société, ayant pour but de les modifier, de les orienter vers une pensée contraire.

Comme la publicité, la propagande n'est pas un phénomène propre à notre époque. On retrouve cette pratique tout au long de l’histoire de l’humanité, comme au cours des Guerres Mondiales, ou encore dans la religion, ou la propagande  fut une des principales sources de pouvoir par les médias. Les gouvernements et régimes politiques contrôlaient la population en répartissant des articles de presses, photographies et tracts et en diffusant des émissions de radio, ayant un grand impact envers cette population. La propagande diffusée par les médias à toujours utilisé les stratégies  traditionnels de persuasion et encore aujourd’hui avec les médias de masse.
A l’époque, les techniques de diffusion collective permettaient de toucher un public dispersé sur le territoire national ciblé, voire plus rarement, au-delà des frontières. D'autre part, la propagande faite de bouche à oreille ne pouvait se propager qu'avec des délais relativement longs contrairement à a
ujourd'hui, ou les médias de masse en assurent une transmission quasinstantanée.

 

La propagande diffusée par les médias de masse a pour effet de renforcer les opinions déja existantes et permet également d'en faire adopter de nouvelles :

En effet, la  propagande diffusée par les médias de masse peuvent aboutir à modifier l'opinion des personnes auxquelles elle s'adresse, et favorisent le changement des pensées, ou peut alors favoriser le maintien d'opinions antérieures. Ce phénomène est très bien illustré lors des campagnes éléctorales.

 

Nous faisons confiance aux informations qui nous sont diffusés, mais nous pouvons voir qu’elles peuvent se retourner contre nous sous forme de manipulation, se traduisant par la propagande mise en place par les grands groupes de publicité.

Les médias de masse ont l’avantage d’une communication plus ciblée et mieux étudiée en fonction des besoins exprimés par les consommateurs, mais les médias de masse reste indispensable pour les besoins de très grande diffusion.

Par exemple, les citoyens et acteurs de la société de consommation dans laquelle nous vivons sont lourdement sont impactés par cette publicité de masse, qui pousse les ménages à l’achat, en créant le besoin au quotidien, incitant par exemple à consommer un produit plutôt qu’un autre.

La publicité offre au consommateur la possibilité d’appartenir à un certain groupe social, passant par l’assimilation de certaines marques à un certain groupe social. Par exemple, l’influence des marques vestimentaires connaît un fort impact chez les jeunes qui y voient un moyen d’identification, d’acceptation et d’appartenance à un certain groupe social. Ils représentent une cible très prisée des marques car ils sont en plein dans la société de consommation. En effet, même s’ils ne gèrent pas tout à fait, les enfants, détiennent une grande influence sur les achats de leurs parents. Les publicitaires profitent de leur ignorance et leur vulnérabilité pour en faire des cibles de choix.


Dans  le domaine alimentaire également, on peut identifier des habitudes chez les consommateurs qui diffèrent selon leur âge, ce qui est, comme nous l’avons vu, lié aux publicités par lesquelles ils sont ciblés.

Les publicités dites « implicites » détiennent une plus forte influence sur les consommateurs, qui ne sont alors pas conscient d’être exposés à ces publicités. Elles touchent leur cible par des messages subliminaux, camouflé au milieu d'autres et stimulant l'inconscient, sur lesquels sont basés la propagande. Cela impact d'autant plus leur comportement de consommation. Nous pouvons aussi noter que dans certaines circonstances, l'individu ciblé devient plus perméable à la propagande. Il est alors d'avantage influençable à la propagande médiatique qui l'entoure quotidiennement.

 

Comme nous l'avons vu, la publicité est omniprésente dans les médias. La publicité, et se transforme en une forme de manipulation envers la population, qui subit la propagande médiatique au quotidien. Aujourd'hui, l'importance de l'influence qu'ils exercent est aujourd'hui indéniablel. Les médias de masse ont des répercutions positives et négatives sur l’ensemble des secteurs de la vie sociale.